Dans le tout premier article du blog, je vous ai parlé de mon expérience du permis moto (qui n’a pas été des plus simples). Dans cet article qui parle une nouvelle fois du permis moto, je vais vous donner mes conseils et les astuces que j’ai mises en place pour m’en sortir au mieux au vu de mon gabarit.


Conseil n°1 : choisissez bien votre moto-école

C’est la base, on est d’accord ! Le tout premier conseil que je peux vous donner, c’est d’aller voir toutes les moto-écoles qui vous entourent. Le fait de vous déplacer est primordial car vous pourrez échanger avec le moniteur moto et voir si le courant passe bien (on les connaît les vieux de la vieille qui sont anti motardes et encore moins quand tu es une demi-portion), poser des questions sur sa pédagogie, savoir s’ils ont une moto rabaissée, etc. C’est important de se sentir en confiance car c’est déjà suffisamment stressant de passer le permis ! Cela vous permettra aussi de monter sur une de leurs motos pour voir si vous vous sentez à l’aise.

Pour ma part, j’ai été voir 3 moto-écoles avant de faire mon choix. Chaque moto-école avait un modèle différent (gladius, SV 650, GS 650). J’ai éliminé de suite la GS 650 que je trouvais beaucoup trop haute et trop lourde. La gladius et la SV 650 étaient les grandes gagnantes de mes essais. J’ai fini par choisir la SV 650, non pas pour la moto, mais pour le feeling avec le moniteur (comme je vous l’ai dit, c’est très important !).

Conseil n°2 : ne vous précipitez pas et soyez détentue

Suivez les conseils de votre moniteur à la lettre et allez-y progressivement. Plus vous allez vous mettre la pression et plus vous ferez des bêtises. Il faut que vous arriviez au plateau détendues (je ne viens pas de vous dire de fumer un gros pétard avant d’y aller qu’on soit bien claires 🤣). Sachez que vous ne ferez rien de bon en étant crispées.

Vu le prix élevé du permis moto, personnellement, je me suis mise la pression dès le début pour valider le plateau en 20 heures maximum. GROSSE ERREUR ! C’est avec ce comportement que j’ai bêtement perdu des heures de plateau. Je forçais les choses et avais planifié l’avancement de mon permis. Je vous laisse imaginer mon grand désespoir quand je me suis rendue compte que je n’arrivais toujours pas à passer ce foutu slalom lent au bout de 6 heures de plateau. J’ai fini par ouvrir les yeux sur le fait que me mettre la pression ne m’aiderait pas à décrocher le Graal plus rapidement.

Conseil n°3 : anticipez vos arrêts

Les arrêts sont nos pires ennemis en moto lorsque nos pieds ne touchent pas forcément le sol. Il faut anticiper nos arrêts et les rendre fluides pour réduire les à-coups qui pourraient nous déséquilibrer et nous faire tomber.

Pour ma part, je commence par freiner de l’arrière car c’est moins violent que le frein avant. Une fois que ma vitesse est réduite, j’utilise progressivement le frein avant jusqu’à l’arrêt. Cette opération permet d’asseoir la moto (votre moniteur va très certainement vous en parler ou vous en a parlé si vous avez déjà votre permis) et fait en sorte que la moto ne plonge pas vers l’avant. Vous serez moins déséquilibrées en vous arrêtant.

Conseil n°4 : faites attention à votre regard

Qu’est-ce que j’ai pu l’entendre de la bouche de mon moniteur ! J’ai mis du temps avant de comprendre l’importance du regard mais c’est LA BASE en moto. Regardez TOUJOURS l’endroit où vous voulez aller. Ce conseil est à prendre pour le permis moto mais également pour vos futures sorties. Si vous regardez le trottoir, vous irez dans le trottoir (cf. ma chute lorsque j’ai pris la moto pour la première fois pour me rendre au plateau). Sur le plateau, pensez à bien tourner la tête pour regarder le plot suivant. Vous verrez, ça vous changera la vie !

Astuce n°1 :

Pour réussir à braquer votre guidon plus facilement, je vous conseille de serrer le réservoir avec vos cuisses. Cela permettra de décrisper vos bras et vous donnera une plus grande mobilité.

Astuce n°2 :

Pour garder l’équilibre lors de votre slalom, je vous conseille de contrebalancer votre poids du corps du côté opposé. Vu notre gabarit, vous allez me dire que ça ne fera pas grand chose. Mais si ! Il vous suffit d’accentuer la sortie du haut du corps et d’appuyer sur votre cale-pied avec votre jambe extérieure.

Astuce n°3 :

Pour ce qui est de l’évitement, le contre-braquage n’a pas été suffisant de mon côté. J’ai donc donner un coup de bassin en même temps afin que l’évitement soit plus efficace.

J’espère que ces quelques conseils & astuces vous aideront. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser. Et si vous avez d’autres astuces en stock, n’hésitez pas à les partager en commentaire 😜.